Programme Interdisciplinaire sur les indicateurs Autochtones de la Faune et de la flore

> Accueil > Participants

Dans cette première version de page "participants", nous avons fait le choix d'afficher les mini-biographies des jeunes chercheurs impliqués dans cette ANR puis les mini-biographies des stagiaires 2016 et stagiaires 2015 impliqués dans PIAF.

 

  Anne Sourdril chercheur au CNRS unité Ladyss.  Rôle dans PIAF : coordinatrice du projet PIAF, responsable du terrain américain et coordinatrice des taches T0, T2 et T5; co-responsable du protocole méthodologique commun.

Ethnologue, chargée de recherche au CNRS, je suis membre du Laboratoire Dynamiques Sociales et Recomposition des Espaces (UMR 7533 Ladyss) et coordonne le programme ANR JCJC SHS 1 PIAF (2014-2017). Mes recherches portent principalement sur les dynamiques des systèmes socio-écologiques en contexte de changements environnementaux sur le long terme. Je travaille plus précisément sur les processus d’écologisation de l’espace, la multiplication des mesures de protection et de conservation de la nature ou de la biodiversité et la reconfiguration des territoires. Je m'intéresse aux dynamiques de cette biodiversité et des savoirs et représentations associées (place des savoirs locaux, savoirs gestionnaires, savoirs scientifiques dans les programmes de conservation). J'aborde ces questions dans des programmes de recherche interdisciplinaires et comparatifs. Mes terrains de recherche se situent dans le Sud-ouest de la France et dans l’Ouest de la Caroline du Nord (terrain du programme de recherche Coweeta Long Term Ecological Research).

Par ordre alphabétique les autres jeunes chercheurs de l'ANR PIAF:

Emilie Andrieu, chercheuse à l'UMR Dynamiques et écologie des paysages agro-forestiers (Institut National de la Recherche Agronomique à Toulouse) Rôle dans PIAF : coordinatrice des tâches T3 et T5.

Docteur en écologie, je travaille sur la dynamique spatiale sur le long terme des éléments boisés dans les paysages agriforestiers (petites forêts, haies, arbres isolés, lisières, …). J'étudie comment ces structures et leur dynamique influence certains processus écologiques impliqués dans des services écosystémiques (biodiversité, régulation des ravageurs des cultures, pollinisation, dissémination)

I'm an ecologist in the « Dynamiques et écologie des paysages agriforestiers » (Dynafor)  research unit. I study spatial and long-term temporal dynamics of wooded semi-natural habitats (small forests, edges, trees outside forests). I also study how these structures and their  dynamics shape ecological processes related to ecosystem services (pollen and seed dispersal, biodiversity, pest regulation).

Sylvain Aoudou, enseignant-chercheur à l'université de Ngaoundéré. Rôle dans PIAF : responsable du terrain camerounais et coordinateur de la tâche T1.

Docteur en géographie, j'ai participé à deux programmes de recherche portant sur la dynamique des savanes soudaniennes du Nord-Cameroun. Le fil conducteur de mes travaux actuels porte sur le suivi de la dynamique des paysages dans et autour des aires protégées du Nord Cameroun sous l’action des activités anthropiques. Je m’appuie sur une méthodologie combinant la télédétection et le Système d’information à référence spatiale. Je suis actuellement le chef de Département de Climatologie, Hydrologie et Pédologie à l’Université de Maroua.

Doctor Ph.D in Geography I participated in two research programs on the dynamics of the Sudan savanna of northern Cameroon. The thread of my current work focuses on monitoring of dynamic landscapes in and around protected areas of northern Cameroon under the actions of human activities. It is based on a methodology combining remote sensing and Geographic Information System. I am currently the Head of Department of Climatology, Hydrology and Soil Science at the University of Maroua.

Cécile Barnaud, chercheuse à l'UMR Dynamiques et écologie des paysages agro-forestiers. Rôle dans PIAF: coordinatrice de la tâche T4 et co-responsable du terrain français.

Je m'intéresse d'une façon générale aux relations entre les sociétés et leur environnement, et plus particulièrement aux relations entre acteurs au sujet de leur environnement (conflits d'intérêts, relations de pouvoir, négociation, concertation, action collective). Après avoir fait une thèse en géographie sociale sur la question des jeux de pouvoir dans les démarches participatives, j'ai réalisé un post-doctorat au Cirad sur les incertitudes et controverses associées à la notion de service écosystémique. Mes recherches actuelles à Dynafor portent sur les interactions sociales à l'interface agriculture-environnement à l'échelle des territoires, en interrogeant en particulier la montée en puissance de la notion de service écosystémique pour penser et gérer cette interface, et en m'appuyant sur le thème de l'élevage en milieu difficile - domaine dans lequel ce concept de service est particulièrement présent.

Nadia Belaidi, chercheuse à l'UMR 7206 éco-anthropologie et ethnobiologie. Rôle dans PIAF: coordinatrice de la tâche T4 et co-responsable du terrain zimbabwéen.

Formée en sciences juridiques et politiques, je développe une approche de droit international et comparé de l'environnement construite à partir des méthodologies de l'anthropologie du droit et de l'anthropologie politique, tout en prenant appui sur l'écologie. Je m’intéresse à la construction du Droit (de l’environnement) pour les valeurs sociales qu’il porte en privilégiant une approche comparatiste qui consiste à analyser les « règles » et leur contexte, quelle que soient leur nature, du niveau international au niveau local, afin de « révéler » la/les visions de la nature/environnement qui existent et celles qui sont protégées. J'ai consacré ma thèse (2004, publiée en 2008) à la construction d'un processus de valorisation sociale du Milieu de vie et de sa protection - l'ordre public écologique, que ses travaux actuels, centrés sur les perspectives et les enjeux de la Justice environnementale, contribuent, d'une part, à conceptualiser via l’étude d'autres notions (écocide, co-viabilité, Bien commun de l’humanité), de systèmes de valeurs (d'après des pratiques, des philosophies (Buen vivir, Ubuntu …), croyances, revendications de droits) et de stratégies d’écologie sociale (éducation à l’environnement) et, d’autre part, à expérimenter à partir des Parcs pour la paix (parc transfrontalier où l’on tend à protéger la biodiversité pour (re)tisser du lien social) en Afrique australe, dans la perspective de réconciliation. Dans ce cadre, mes recherches portent principalement sur le Kavango-Zambezi Transfrontier Conservation Area qui s'étend sur l'Angola, le Botswana, la Namibie, la Zambie et le Zimbabwe et inclue Hwange National Park.

 Brian J. Burke is an assistant professor in the Goodnight Family Sustainable Development. Rôle dans PIAF: co-responsable du protocole méthodologique commun et du terrain américain.

Department at Appalachian State University in Boone, North Carolina, USA. From 2012 to 2014 he was a postdoctoral researcher with the Coweeta Listening Project, a branch of the Coweeta Long Term Ecological Research (LTER) Program that conducts action research regarding public engagement with ecological science in southern Appalachia. Brian completed his PhD in anthropology at the University of Arizona. Drawing on political economy and political ecology, he studies how material and sociocultural forces shape processes of social and environmental change. His research aims to support movements for social justice and environmental sustainability by examining their ethical visions, strategies, and the challenges they face. Brian's research projects have included work on urban environmental activism on the US-Mexico border, rural cooperatives and development in Latin America, alternative economies in Colombia, and environmental knowledge in southern Appalachia.

Emilie Guitard, chercheuse post-doctorant à l’IFRA Ibadan. Rôle dans PIAF: coordinatrice de la tâche T2.

J’étudie les rapports des sociétés africaines urbaines à leur environnement naturel. Dans le cadre d’un doctorat d’Anthropologie soutenu en 2014 au sein de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et en association avec le Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (UMR 7186), elle s’est attelée de 2007 à 2011 à une enquête ethnographique intensive sur les liens entre gestion des déchets et relations de pouvoir dans deux villes moyennes du nord du Cameroun, Garoua et Maroua.  Dans la continuité de ces premiers travaux, je poursuis aujourd’hui une réflexion sur les interactions entre les politiques municipales de gestion des déchets et des espaces naturels urbains et les représentations et pratiques citadines en la matière dans les villes d’Afrique Australe (Hwange, Zimbabwe) dans le cadre de l’ANR PIAF, et de l’Ouest (Lagos, Nigeria) au sein de l’IFRA Nigeria.

Chloé Guerbois, chercheuse à LBBE. Rôle dans PIAF : coordinatrice de la tâche T3 et co-responsable du terrain zimbabwéen.

I started my research activitiy by developing bio-economic models for integrated and sustainable management of wildlife in land-use mosaics at the National Natural History Museum of Paris, where she graduated her PhD in October 2012. An ecologist by training, her immersion in Hwange National Park (Zimbabwe) and its periphery, leads her to investigate endogenous factors promoting coexistence between people and wildlife. She derived from this experience a conceptual framework to study socio-ecological linkages and interdependences shaping the resilience of socio-ecological systems including protected areas. In January 2013, she was recruited as a postdoc fellow at CNRS on a multidisciplinary program funded by the National Research Agency (ANR SAVARID) to study the effect of environmental uncertainties on the management of natural resources in the Hwange socio-ecological system. She collaborated with social and political scientists to analyse the evolution of access to natural resources as well as actual and perceived environmental justice in a context of social and environmental changes.

Jean Wencélius , Doctorant au Lesc, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense Rôle dans PIAF : co-responsable du protocole méthodologique commun.

Doctorant en ethnologie à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense je travaille sur les pratiques et savoirs paysans relatifs à la diversité des plantes cultivées dans deux groupes ethnolinguistiques de l’Extrême-Nord du Cameroun (Masa et Wina). Afin de documenter les mécanismes cognitifs, sociaux et culturels qui sous-tendent le maintien – d’année en année et de génération en génération – d’une forte diversité spécifique et variétale j’ai effectué deux années de recherches sur le terrain, en intégrant les dimensions qualitative et quantitative des méthodes d’enquête ethnographique.

Meredith Welch-Devine, chercheuse à l'Université de Géorgie (USA). Rôle dans PIAF : coordinatrice des tâches T4 et T5.

Je suis directrice adjointe du Center for Integrative Conservation Research et, depuis 2011, directrice des “Interdisciplinary and Innovative Initiatives” pour la Graduate School de l’Université de Géorgie (Etats-Unis). J’utilise dans le cadre de mes recherches les démarches de l’écologie politique pour étudier la mise en place des politiques de conservation et pour comprendre comment l’exurbanisation et les changements démographiques contemporains affectent la façon dont les populations interragissent avec leurs environnements. Mes terrains de recherche se situent plus particulièrement dans le Pays de Soule (Pyrénées-Atlantiques — France) et dans l’Ouest de la Caroline du Nord (Etats-Unis) au sein de la region d’étude duCoweeta Long Term Ecological Research project (Coweeta LTER). Ma thèse a porté sur la mise en œuvre de Natura 2000 et la transformation de la gestion de propriété collective dans le Pays Basque. Au travers de mes travaux, je cherche à comprendre les formes prises par l’interdisciplinarité dans le planning, la construction et la mise en place des actions de conservation. Mes collaborations avec des organisations internationales de conservation, telle que la Wildlife Conservation Society and Conservation International, m’ont amenée à interroger la place donnée, au sein des programmes de conservation, aux savoirs populaires ou experts ; aux sciences humaines et sociales et aux sciences de la vie ; aux mondes académiques et gestionnaires.

Par ordre alphabétique les stagiaires 2016 recrutés sur l'ANR PIAF:

Melody Belgherbi, Etudiante en Master 2 d’Ethnologie à l’université de Paris Ouest Nanterre la Défense.

Après une licence d’ethnologie générale, je me suis spécialisée lors de ma première année de Master  dans l’étude des relations Hommes-environnement. Je travaille actuellement sur les connaissances ethno vétérinaires d’une communauté agro pastorale dans la région du Matabeleland au Zimbabwe. J’étudie également, dans le cadre du programme PIAF, les perceptions locales des changements à la périphérie du parc national de Hwange (Zimbabwe).

Cécile Gazo, Etudiante à l’ENSAT, spécialisation SPES (Sciences Politiques Écologie Stratégies)  à AgroParisTech (Paris)

Étudiante à l’école d’agronomie de Toulouse, j’ai très tôt orienté mon cursus professionnel vers la recherche en sciences sociales (sociologie, sciences politiques) notamment autour de la compréhension des rapports qu’entretiennent les populations agricoles à l’égard de la préservation des territoires ruraux mais également autour des dynamiques de reprise agricole par l’émergence de formes alternatives d’accès au foncier et d’organisation collective (propriété collective et théorie des communs). Le stage au sein de l’équipe PIAF, en tant que projet de fin d’étude, est une étape qui me permettra de mettre à l’épreuve mes connaissances théoriques et méthodologiques dans la perspective d’une poursuite en thèse de doctorat ainsi que de les mettre au service d’un projet permettant une meilleure compréhension des représentations qu’ont les populations du péri-urbain toulousain à propos des changements qui affectent la biodiversité ordinaire

Bekezela Nxumalo, Rp-Pcp Mphil Student

Bekezela was born and raised in Bulawayo. She completed her BSc Honours Degree in Forest Resources and Wildlife Management at NUST, Zimbabwe. Her passion for community based natural resource management was refined during her internship program at Dambari Wildlife Trust where she also worked at Chipangali Wildlife orphanage library. Her Final Year Project was on the significance of totems in wildlife conservation and this was presented at the Indigenous Knowledge Systems in Africa Conference. After completing her Degree she worked as a Research Assistant at the Biodiversity Foundation for Africa, also volunteered at the Natural History Museum of Zimbabwe and worked as a part-time lecturer of a Diploma in Environmental Management and People centered conservation. She has conducted Environmental Impact Assessments (EIAs) as an ecologist. Bekezela is part of the RP-PCP and will register as an Mphil student at NUST for PIAF project.

Hugo Padilla, étudiant en master de géographie de l'environnement à l'université Paris-7

Je m'intéresse aux rapports homme-nature dans cadre de la protection conjointe de l'environnement et des cultures locales, particulièrement au sein des espaces montagnards et des territoires de projet tels que les PNR. Pour ce faire je m'efforce au travers de ma formation d'acquérir des méthodes et outils provenant à la fois des sciences humaines et des sciences de la vie. Je me rends sur le terrain états-unien à Asheville pour étudier les perceptions locales des changements environnementaux dans un espace périurbain.

Céline Seince, Etudiante en Master 2 “Expertise en Population et Développement”, Université Paris Descartes.

I am a French student currently doing a master’s degree in development studies at the University Paris Descartes (Paris V). I am specialized in anthropology with a focus on the social dimension of environmental issues. I am particularly interested in the local perceptions of the environment and how it might affect the protection practices and diagnoses of environmental changes for the actors. In PIAF I will be part of the North Carolina team.

Par ordre alphabétique les stagiaires 2015 recrutés sur l'ANR PIAF:

Louise Clochey, Etudiante au Museum National d’Histoire Naturelle

Après une formation en Agronomie et en Ecologie, je me suis réellement tournée vers les relations Hommes-Environnement en première année de master en réalisant une étude ethnobotanique auprès des Jbala (Rif, Maroc). Actuellement en dernière année de master en Anthropologie de l’Environnement au MNHN, je m’intègre à l’équipe PIAF, entre les UMR Ladyss et Dynafor, pour y investir le terrain français des Coteaux de Gascogne.

Zénaïde Dervieux, Etudiante en master au Museum National d’Histoire Naturelle

Im a french engineer in international agro-development who studied tropical agronomy, rural development and social sciences for five years. Focused on social sciences, I am following, this year, a Master’s degree in environmental anthropology at National Museum of Natural History (ethnoecology, agroecology, indigenous knowledge).

In Zimbabwe, I am studying the local perceptions of changes in the periphery of Hwange National Park. The internship also seek to understand the linkages between people and nature through landscape prism.

Caroline Mourrut, étudiante du master 2 Gestion de la biodiversité, parcours "Man and Biosphere" de l'Université Paul Sabatier (Toulouse).

Dans le cadre du programme de recherche PIAF, je vais étudier les perceptions de la biodiversité et des changements environnementaux des acteurs du territoire dans les Pyrénées, et plus précisément sur le site Natura2000 du Rioumajou-Moudang dans les Hautes-Pyrénées. Ce stage s'inscrit dans le cadre de mon master 2 Gestion de la biodiversité, parcours "Man and Biosphere" de l'Université Paul Sabatier. Ce master, créé en partenariat avec le programme MAB France de l'UNESCO, insiste sur la connaissance des interactions entre les activités humaines et les systèmes écologiques pour une gestion durable des ressources naturelles.

Stéphanie Vincent-Sweet, Etudiante en master 2 « Politiques environnementales et pratiques sociales » de l’Université Toulouse Jean Jaurès

Mon intérêt pour la protection de l’environnement m’a poussé d’une licence de sociologie à Durham (GB) vers un master de sociologie appliquée au domaine de l’action publique de l’environnement à Toulouse. J’ai participé à l’évaluation d’un dispositif de lutte contre la précarité énergétique dans le Gers, et à de nombreux projets collaboratifs dont les maladies professionnelles liées à l’usage des pesticides. Avec ce stage, je souhaite explorer les différents rapports humains-nature, les freins et leviers aux changements de pratiques face à un environnement qui se transforme.

PIAF © 2014-2015 - Tous droits réservés